Captain Marvel, la dernière trouvaille du MCU

À peine un mois et demi avant la sortie de son blockbuster final, Avengers: End Game (de Joe et Anthony Russo, 24 avril 2019), alors que les spectateurs attendent depuis près d’un an la suite du monstrueux Avengers: Infinity War (25 avril 2018, 2h36), Marvel et Disney ont choisi d’abattre une dernière carte majeure avec Captain Marvel. Annoncée lors d’une scène post-générique du précédent Avengers, l’arrivée de cette super-héroïne pourrait se révéler déterminante non seulement dans l’histoire en cours, mais également dans la stratégie commerciale du couple Disney/Marvel. L’erreur n’est pas envisageable. Challenge accepté par Brie Larson, actrice américaine hors-normes.

Aperçue dans Kong: Skull Island (de Jordan Vogt-Roberts, 2017, 1h59) aux côtés de Tom Hiddleston et Samuel L. Jackson, mais également au milieu d’une énorme fusillade bourrée de testostérone dans Free Fire (de Ben Wheatley, 2017, 1h30), Brie Larson, à 29 ans à peine, est déjà bien connue des cinéphiles et du grand public. Son Oscar (Meilleure actrice, 2016), elle l’a gagné pour une interprétation magistrale en 2015, dans Room (qui lui a aussi valu un BAFTA, un Golden Globe et bien d’autres récompenses dans le monde entier). Et depuis, elle a réalisé son premier film, Unicorn Store (disponible à partir du 5 avril sur Netflix) et en prépare déjà un second (Lady Business). Quand s’est présentée l’opportunité d’apparaître avec des super-pouvoirs dans toutes les salles de cinéma du monde entier, il y a 3 ans déjà, elle n’a donc pas hésité. Marvel tenait sa future capitaine.

Plus haut, plus loin, plus vite

Au programme de cette origin story, réalisée par un tandem d’auteurs-réalisateurs confirmé (Ryan Fleck et Anna Boden): les débuts de Nick Fury au Shield (avec ses deux yeux et un tout jeune agent Coulson), les arrivées de Jude Law et Annette Benning dans l’Univers Cinématique Marvel, mais aussi la toute première apparition d’un peuple important, les Skrulls. Possédant naturellement la capacité de se transformer en copie conforme de n’importe quel organisme vivant, les Skrulls combinent cet atout avec une maîtrise avancée de la technologie pour envahir des planètes en secret. Ils sont peut-être déjà parmi nous, leur présence est totalement imprévisible et indétectable.

Du coup, cette aventure est située dans un passé relativement proche (télévision couleur et voitures à essence) mais qui peut paraître extrêmement éloigné par certains détails – notamment les télécommunications. On retrouve ainsi l’internet incertain, avec son débit ridicule, l’informatique balbutiante avec les vieux écrans à tube cathodique. Ce sont les années 90, pas aussi kitsch que les années 80, encore peu exploitées par Marvel au cinéma. Un vrai dépaysement !

Qui est donc Captain Marvel?

Appartenant à deux mondes, la nouvelle super-héroïne du Marvel Cinematic Universe existe en fait depuis longtemps, dans les archives du S.H.I.E.L.D., à portée de pager (ou téléavertisseur). C’est l’arme ultra-secrète que Nick Fury (Samuel L. Jackson) gardait en réserve à portée de clic en cas de problème cosmique inattendu (un tel événement étant arrivé dans Avengers: Infinity war, à voir absolument). Dans Captain Marvel, on découvre ainsi comment Carol Danvers, pilote d’essai et officier de l’Air Force portant des tee-shirts de Guns’N’Roses et Nine Inch Nails dans la vie courante, est devenue l’une des héroïnes les plus puissantes de l’univers.

À l’image de son interprète principale, Brie Larson, Captain Marvel est un film original, inspiré, drôle par moments, très dynamique et plein de grâce. Brie Larson est une actrice complète, passionnée, une femme de caractère totalement investie dans ce rôle taillé sur mesure, parfait pour révéler son talent au monde entier. Un parfait échange entre un studio, qui a toujours su faire appel aux plus grands talents de la profession (sans toutefois savoir les retenir, dans le cas d’Edward Norton ou Mickey Rourke), et une actrice déjà accomplie en passe de devenir une authentique superstar.

D’après Ryan Fleck (co-réalisateur), « Brie Larson apporte énormément d’humanité et de force à ce personnage sans être une super-héroïne idéalisée et parfaite; avec sa force vient aussi toute cette émotion humaine, et cela donne beaucoup de profondeur au personnage. »

Anna Boden (co-réalisatrice) ajoute : « Avoir Brie Larson dans ce rôle est extrêmement important parce que c’est une personne très forte, une femme dynamique et complexe. Elle apporte tellement à son personnage! J’étais vraiment enthousiaste à l’idée de créer et de développer un personnage aussi dynamique que ceux que nous avons pu mettre en scène jusqu’à présent dans nos films. Ce n’est pas une femme comme les autres, mais elle saisit pleinement ce que signifie être une femme, une femme puissante qui plus est, et en définitive, ce qu’est d’être humaine. »

Accrochez-vous à votre siège, le film est sorti au cinéma ce mercredi 6 mars, et c’est déjà un carton. Un film très réussi, avec une identité inédite, un personnage féminin plein de charme et de caractère, comme une réponse de Marvel au fabuleux Wonder Woman de DC Comics. Et surtout une distribution étonnante (Annette Bening, Jude Law, Djimon Hounsou et Ben Mendelsohn). Une belle manière de reprendre le chemin des étoiles en attendant la conclusion du conflit cosmique initié par Thanos et les gemmes de l’infini dans Avengers (rendez-vous mi-avril pour ce dernier volet). Chez Disney/Marvel, un blockbuster peut en cacher un autre.


Captain Marvel, de Anna Boden et Ryan Fleck (2h04, 2019). Avec Brie Larson, Samuel L. Jackson, Ben Mendelsohn, Annette Bening, Clark Gregg, Jude Law, Djimon Hounsou, Lee Pace, Lashana Lynch. Un film produit par Marvel Studios, distribué en France par The Walt Disney Company France. Sortie au cinéma le 6 mars 2019. Crédits photos: Walt Disney Company France – Tous droits réservés.

Vous aimerez aussi...