Dolan se raconte avec John F. Donovan

À 29 ans, Xavier Dolan réalise déjà son septième film, le premier en langue anglaise, avec Kit Harrington, Susan Sarandon et Natalie Portman dans les rôles principaux autour du jeune Jacob Tremblay. Le jeune prodige canadien de 12 ans, déjà un vétéran avec plusieurs grosses productions à son actif, incarne parfaitement le personnage inspiré des souvenirs d’enfance du réalisateur québecquois. Un film personnel, poétique, profond et divertissant, parfaitement maîtrisé.


Dix ans après la mort d’une vedette de la télévision américaine, un jeune acteur se remémore la correspondance jadis entretenue avec cet homme, de même que l’impact que ces lettres ont eu sur leurs vies respectives.

Un auteur pas pressé

Si Ma vie avec John F. Donovan sort aujourd’hui, c’est qu’il a fallu deux ans à Xavier Dolan pour boucler le montage. Un temps incroyablement long, symbole de la totale liberté dont bénéficie l’auteur pour réaliser son projet et de la confiance de ses productrices,  Lyse Lafontaine et Nancy Grant. Il n’était pas question de se précipiter, de livrer le film tant qu’il n’était pas absolument certain d’avoir donné le meilleur de lui-même. Résultat: un film unique, au montage original, impeccable, parfaitement équilibré.

La révélation Jacob Tremblay

Pas facile de briller au milieu d’un casting de légendes. Susan Sarandon, Nathalie Portman, Kit Harington (Game of Thrones, MI-5 Infiltration, Brimstone), Thandie Newton (Westworld, Rock’n’Rolla), la distribution du film regorge de superstars, têtes d’affiche de nombreux films et séries. Et pourtant, le jeune Jacob Tremblay leur vole la vedette avec une interprétation époustouflante, une élocution cristalline et la capacité étonnante de faire vivre le souvenir d’enfance de son metteur en scène sans tomber dans le mimétisme. Une présence impressionnante et originale, qui ferait presque oublier son modèle – on ne voit pas un ersatz de Dolan, mais bien un personnage plein de vie, un individu à part entière – un jeune acteur qui n’a pas peur d’affirmer sa personnalité.

Une œuvre brillante et cohérente

Explorant avec sensibilité et finesse les rapports humains, non seulement la relation épistolaire entre une star de la télévision et son jeune admirateur, mais également la relation de chacun avec sa propre mère, Xavier Dolan parvient à captiver en effeuillant ces relations à travers le regard inquisiteur d’une journaliste (Thandie Newton), d’abord pas du tout intéressée par le sujet, puis progressivement intriguée et décidée à en avoir le fin mot. Un point de vue qui permet de nombreuses ellipses, qui rompent la monotonie d’un récit linéaire et font oublier le plus triste – on sait dès le début que la star doit mourir. L’auteur donne ainsi vie à de nombreux personnages, une vie changée par l’expérience.

Une matière surabondante… et des coupes difficiles

Si le montage a pris autant de temps, en plus de la difficulté à trouver le bon équilibre dans un enchevêtrement complexe d’histoires passionnantes, c’est tout simplement que la matière de départ était pléthorique, pour ne pas dire excessive. Un premier montage pointait effectivement à 4 heures! En réduisant l’ensemble de moitié, le film durant tout juste 2h03 finalement, il a fallu faire des choix difficiles – au nombre desquels la suppression totale du rôle de Jessica Chastain. Le réalisateur le reconnait volontiers, c’est l’équivalent de trois films qui a été tourné et, à la fin, il fallait en livrer un seul. Et on ne peut que valider le résultat.

Kit Harington, la confirmation

Admiré dans le monde entier pour son personnage emblématique de John Snow, très attendu dans l’ultime saison de Game of Thrones (à suivre à partir du 15 avril 2019 sur OCS), Kit Harington concrétise tous les espoirs placés en lui. Il est beau, sensible, c’est l’indiscutable star du film, avec ses joies et ses peines, ses doutes, sa chute. Parfaitement à sa place dans le rôle de la star en devenir, déjà connue mais encore anxieuse de décrocher un prochain rôle, pas à l’abri d’une déconvenue et de quelque mésaventure. Il incarne magnifiquement la fragilité.

Un rapport naturel avec le public

Très apprécié du public français, qui a l’honneur de découvrir le film en exclusivité avant le reste du monde, Xavier Dolan est venu présenter son film à Paris, comme à son habitude, dans pas moins de trois salles ouvertes pour l’occasion au cinéma MK2 Bibliothèque. En compagnie de Kit Harington et Susan Sarandon, l’auteur/réalisateur/monteur semblait à la fois soulagé et nerveux de livrer enfin son œuvre, peut-être la plus aboutie de sa carrière. La patience est donc récompensée.


Ma vie avec John F. Donovan, de Xavier Dolan (2019, 2h03). Avec Kit Harington, Natalie Portman, Susan Sarandon, Kathy Bates, Ben Schnetzer, Michael Gambon, Amara Karan, Thandie Newton, Chris Zylka, Emily Hampshire, Jacob Tremblay. Un film produit par Lyla Films et Sons of Manual, distribué en France par Mars Films. Sortie au cinéma le 13 février 2019. Crédits photos: Shayne Laverdiere / Mars Films – Tous droits réservés.

Vous aimerez aussi...