Tom Medina, le retour de Tony Gatlif en grandes pompes au cinéma

Trois ans après son dernier film, Djam (2017, 1h36), Tony Gatlif est au rendez-vous avec un film magnifique et personnel, Tom Medina (2021, 1h40). Alors que l’industrie du cinéma peine à retrouver son public en période estivale, la présence d’auteurs aussi inspirés et originaux ne peut faire que du bien. Les spectateurs qui parviennent à rejoindre les salles ne seront pas déçus. Au menu, des trouvailles, des retrouvailles, de la musique, des couleurs et surtout, un voyage initiatique en Camargue. Un film à voir absolument au cinéma depuis le 4 août 2021.


Des talents éclatants

À chaque film, Tony Gatlif fait découvrir des talents. Dans Tom Medina, il met en scène un marionnettiste (Lyes Ouzeri), une chanteuse (Karoline Rose Sun), un acteur de théâtre acrobate, fanfaron et intrépide (David Murgia) qui n’hésite pas à aller au devant du danger, sous toutes ses formes. Ils se rencontrent dans le mas d’Ulysse (Slimane Dazi), un homme bon et ferme, qui les emploie et les guide, en leur inculquant des valeurs fondamentales. Et c’est aussi la rencontre avec la nature, les paysages infinis de Camargue, les chevaux, les taureaux, le rapport entre les hommes et leurs bêtes. Chacun a son histoire, son point de vue, sa direction, mais ils se retrouvent tous en un lieu, en un instant, pour échanger et peut-être changer.

De l’émotion à fleur de peau

Tom est un jeune homme énergique, pragmatique à sa façon, hanté par son passé et en fuite, qui cherche sincèrement mais maladroitement à s’en sortir. Débrouillard, malin, filou, sans famille ni foyer, il est le produit de ses voyages et de ses rencontres, il réagit aux situations avec fougue et empressement, sans retenue, n’hésitant pas à en venir aux mains pour se défendre et défendre de parfaits inconnus, dans un monde hostile et violent. Exilé, il se met ainsi en difficulté et tente de déjouer un système qui ne lui est pas, par nature, favorable. Mais il est déterminé et avance, au gré des rencontres. Son passage chez Ulysse sera une étape importante dans sa vie.

Une musique issue des rencontres

La bande originale du film est issue de plusieurs collaborations et marquée par les événements liés au Covid, entre acoustique et électrique, entre mélancolie et furie. En effet, l’une des chansons a été écrite par Tony Gatlif avec Nicolas Reyes, chanteur des Gipsy Kings rencontré à Arles alors qu’il venait d’annuler des concerts dans le monde entier, et qui a alors accepté d’enregistrer Viento del Delta (« Je viens du Delta ») dans son studio. Le réalisateur est auteur de deux autres chansons, Vengo del Lejos et un thème de la nature. Karoline Rose Sun a composé et interprété 5 chansons avec son groupe et Tony Manero en a apporté trois. L’une des chansons de Tony Manero est issue d’un texte écrit par Tony Gatlif initialement pour son acteur principal, qui a préféré rendre la scène muette (l’acteur joue le texte dans sa tête).

L’exil, l’espoir et les valeurs

Écrit et porté par Tony Gatlif, ce récit est inspiré de sa vie mais sans être réellement autobiographique, l’auteur ne souhaitant pas se placer lui-même au centre de son œuvre, mais s’inspirant de faits lui étant arrivés pour nourrir un témoignage authentique. Tom Medina, comme Tony Gatlif, c’est une nouvelle identité, un passeport fabriqué instinctivement pour ne pas être renvoyé d’où il vient, changer de vie, être sauvé.

S’il rencontre sur son chemin de l’hostilité, des difficultés, du danger, il y a un équilibre qui se produit avec les valeurs qui animent les gens qu’il croise et qui, parfois, lui viennent en aide. C’est pourquoi Tom Medina ou Tony Gatlif véhiculent bien volontiers, après avoir connu le pire, des valeurs humaines fondamentales et salvatrice comme la bienveillance, le partage, l’entraide, l’abnégation, l’humilité et au fond, la bonté.

Le regard du cinéaste, c’est celui de quelqu’un qui a vécu et qui se souvient de tout, dans les moindres détails. C’est pourquoi il sonne si juste. En véritable chef d’orchestre, Tony Gatlif emmène tous ses collaborateurs et ses comédiens dans le monde tel qu’il l’a vu, ressenti, tour à tour enduré et apprécié. C’est toujours une expérience totale, véridique, qui nous emmène loin. Un grand voyage. Peut-être l’un de ses plus beaux.


Tom Medina de Tony Gatlif (2021, 1h40). Avec David Murgia, Slimane Dazi, Karoline Rose Sun, Suzanne Aubert, Lyes Ouzeri, Romain Carbuccia, Morgan Deschamps, Clément Bouchet, Didier Bourguignon, Pietro Botte, Chloé Catrin, Maëlis Rebuttini. Un film produit par Princes Films en coproduction avec la Fondation Luma, distribué en France par Les Films du Losange. Sortie du film au cinéma le 4 août 2021. #TomMedina

OncleGil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.