Mission Paradis, le road movie magique

Comment réaliser une comédie mettant en scène des personnes avec divers niveaux de handicap, sans vedettes, sans en faire un documentaire, tout en restant à la fois respectueux, précis et drôle? C’était visiblement le défi de Richard Wong, qui crée un film d’aventure à dimension humaine, en immersion dans le quotidien de protagonistes en tous points moyens qui clament simplement leur droit au bonheur. Fatigués de toujours dépendre de la bonne volonté de leur famille, ils se prennent en mains pour tenter une aventure qui les sortirait de leurs habitudes. Un thème universel, une fuite en avant, sur des roulettes et sur la route, pour une destination jouable, mais pas si évidente. Une proposition de cinéma qui ne se refuse pas.


Entre insouciance et fatalité

Richard Wong semble avoir tout compris. Il réalise un film à la fois magique, avec des interprètes parfaitement à l’aise avec leurs contraintes face à la caméra, mais également très réel. Sans nous plomber, on est quand même régulièrement ramené au quotidien compliqué par le handicap, avec des scènes parfois interminables, on ne peut donc jamais complètement oublier. Mais la mise en scène et le propos sont tellement maîtrisés, si justes, qu’on finit par accepter le handicap comme un trait de la personnalité des protagonistes, un paramètre comme un autre, et pour enfoncer une porte ouverte, une difficulté supplémentaire. On a donc affaire à des vrais héros qui, dans leur fuite, dans une certaine inconscience, se créent des embuches redoutables. La chute semble donc inéviable.

Le bon goût du réalisateur inspiré mais réaliste

Une fois les paramètres posés, les acteurs et les actrices ont toute la place du monde pour s’exprimer. Richard Wong les filme avec passion et compassion, il cherche l’humour et la bonne humeur, il parvient même à intégrer de l’action et du mouvement, de l’intensité, gommant sans l’oublier le handicap. Quand Grant Rosenmeyer charge un idiot en plein bar avec son fauteuil, la scène est si forte et bien filmée qu’elle devient crédible, alors même qu’elle pourrait verser dans le ridicule. L’expression de visage de l’acteur est si convaincante et charismatique, il n’y a aucune place pour le doute. Cet homme est un héros ! Quand il chante, il est authentique. Rappeur amateur, il a tout pour lui – l’attitude, la voix, le regard. Il est convaincant et solaire.

Et en même temps, passé les moments de gloire ou les sursauts de testostérone, les protagonistes se révèlent particulièrement attachants car ils ne sont pas idéalisés; au-delà de leur handicap, ils ont une personnalité semblable à monsieur-tout-le-monde, ce ne sont ni des génies, ni des faibles, ils ont leurs qualités et leurs défauts, leurs difficultés tout bonnement humaines. Quelque part, ils sont comme chaque spectateur, ni plus haut, ni plus bas, pile au bon niveau – on les regarde les yeux dans les yeux.

Mission improbable

Pas facile de réaliser un film sur le handicap, en allant au fond des choses, sans tomber dans le misérabilisme et sans rester fade, par peur de choquer. Richard Wong révèle des comédiens excellents, plonge au cœur de leurs problèmes, en respectant les spécificités de chacun. Compte tenu de leur condition à la fois physique et familiale, ce sont des gens simples qui se prennent à rêver. Ils cherchent à s’échapper, à grandir. Ils refusent de se laisser dicter leur ambition par l’idée qu’on se fait d’eux. Et chacun aborde cette échappée à sa façon, il n’y a pas une seule réponse. Le film n’est pas pontifiant, il présente une aventure un peu folle avec ses conséquences, sans retenue. Une belle leçon de courage et de cinéma, un saut dans l’inconnu, une comédie stimulante et émouvante. À voir au cinéma absolument !


Voir notre concours Mission Paradis pour gagner des places de cinéma.


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est mission_paradis_affiche_web.jpg.

Mission Paradis de Richard Wong (1h46, 2021). Avec Grant Rosenmeyer, Hayden Szeto, Ravi Patel, Gabourey Sidibe, C.S. Lee, Janeane Garofalo, Kari Perdue, Netta Walker, Michael Brunlieb et Marika Engelhardt. Un film produit par Anarchy Post et Chicago Media Project, distribué en France par Star Invest Films France. Sortie au cinéma le 2 juin 2021. Crédits photos: © Star Invest Films France – Tous droits réservés.

OncleGil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.