Redécouvrez la Justice league, Snyder Cut

Un article de OncleGil et OncleCharlie

Auteur de films novateurs au cinéma comme 300 (1h55, 2007), Watchmen (2h42, 2009) et Sucker Punch (1h50, 2011), Zack Snyder a conquis l’univers DC chez Warner avec deux films hors-normes: Man of steel (2h23, 2013) et Batman V Superman (2h33, 2016). Faisant suite à la trilogie de Christopher Nolan (Batman, The Dark Knight et The Dark Knight Rises, de 2005 à 2012), Snyder a poursuivi le développement de l’univers DC dans une veine très graphique et plutôt sombre. Cependant, pendant la production de son troisième film, Justice League, un drame familial a tout bouleversé, obligeant le réalisateur à passer la main à Joss Whedon (Avengers 1 & 2) pour tenir le calendrier de sortie. Une véritable tragédie, puisque le film presque entièrement remanié par Whedon (2h00, 2017) a largement déçu. Ce qui a poussé Zack Snyder, lentement mais sûrement, à reprendre le contrôle de son œuvre avec le soutien étonnant de sa communauté de fans du monde entier, puis l’aval de Warner, afin de proposer aujourd’hui, en 2021, en pleine crise sanitaire, alors que les cinémas du monde entier étaient fermés ou au ralenti du fait de la crise du Covid, une version du film Justice League entièrement remaniée. C’est le désormais célèbre Snyder Cut, sortie sur différentes plateformes (à l’achat ou en location sur Amazon Prime Vidéo, notamment) et que propose en France OCS Max ce mercredi 19 mai 2021 à 20h15. Une épopée de 4h02. Voici son histoire.

Drame et conséquences – la sortie initiale de Justice league

Pour rappel, Batman v Superman, Dawn of Justice (2h33, 2016) préparait Justice League en annonçant de nouveaux ennemis et des héros pour leur tenir tête. Zack Snyder a donc enchaîné la production de Justice League, avec une suite également prévue deux ans après. S’il bénéficiait alors d’une très grande liberté créative, la vision de Zack Snyder se heurtait quand même régulièrement aux priorités et inquiétudes du studio. On avait ainsi déjà remarqué une nette différence entre la version cinéma du film Batman v Superman et la director’s cut (3h dans sa version “ultimate”). Visiblement, avec les enjeux colossaux entourant Justice League (dont le budget initial est évalué à $275 millions), les difficultés s’intensifiaient autour du réalisateur, qui perdait inexorablement la confiance de son producteur, Warner, secoué par les critiques négatives de Batman V Superman.

Alors que Zack Snyder était contraint d’abandonner Justice League en pleine production, Warner tenta de sauver le film en faisant un choix révélateur, engageant Joss Whedon. Qui mieux que le réalisateur d’Avengers (2h24, 2012) et Avengers: Age of Ultron (2h22, 2015) pour terminer le Avengers version DC?

Au lieu de poursuivre l’œuvre de Snyder, Whedon a considérablement modifié le film, procédant à de nombreux reshoots dont certains problématiques (Henry Cavill étant engagé sur le tournage de Mission Impossible: Fallout avec Tom Cruise, porte une moustache, qui devra être effacée en post-production), aboutissant à une version plus colorée et moins cohérente, car compactée dans un format d’à peine 2 heures, la durée optimale pour l’exploitation en salles de cinéma. Le projet se solda logiquement par un échec critique et commercial, la suite fut abandonnée, l’avenir de l’univers DC au cinéma semblant sérieusement compromis, Warner se tournant vers les films solo après les succès de Wonder Woman, Aquaman et Joker.

Le retour de Snyder

Éloigné mais pas totalement déconnecté, Zack Snyder était au courant de l’étendue des dégâts. C’est sa femme, productrice du film, qui assista à une projection secrète en présence de Christopher Nolan, producteur exécutif du film, dans les locaux de Warner. Ce fut un choc. Elle sut alors que le film qui sortirait au cinéma serait très loin de celui que Zack Snyder avait tourné. Et elle lui recommanda de ne jamais regarder ce film.

Mais l’auteur n’avait pas dit son dernier mot. Il alimentait volontiers la curiosité des fans en répondant régulièrement aux théories relayées sur internet ou en postant des photos en noir et blanc de scènes coupées de son film. Il animait de temps en temps des séances de ses films (watch parties) via la plateforme Vero, avec parfois des invités de marque comme Henry Cavill, qui se mit à militer avec les autres membres du cast sur les réseaux sociaux pour une reprise de Justice League par son auteur original. C’était devenu un mythe. Était-ce seulement possible? Sous quelle forme? La campagne #ReleaseTheSnyderCut était lancée.

Alors que le monde s’était résigné à un échec de l’univers DC au cinéma, Justice League étant largement battu par l’incroyable succès d’Avengers, culminant avec le dyptique Infinity War / Endgame, et tandis que Joaquin Phœnix triomphait avec le Joker de Todd Philipps, Snyder finit par obtenir un accord de Warner et un financement pour reprendre son film de A à Z, en partant d’une version bout-à-bout de 3 heures qu’il avait emportée sur un ordinateur portable en quittant le projet (achevé à 90%). Et alors que Warner pensait sortir une version à peine retouchée de ce bout-à-bout, une director’s cut du pauvre, Snyder n’en démordit pas: ce serait tout ou rien. En août 2020, Snyder partagea une bande-annonce de la Snyder Cut avec son lot d’images inédites ou de scènes rappelant la version cinéma du film, avec quelques différences notables.


Au bout de quatre ans, c’est la plateforme HBO Max qui dévoile enfin Justice League version Snyder Cut, totalement affranchie de toute limite imposée pour la sortie en salles. Un monument de plus de 4 heures, avec quelques imperfections inévitables (malgré des reshoots et une rallonge de 70 millions de dollars), dédié à la fille de l’auteur, tragiquement disparue. Une œuvre aboutie, ultime, unique.


Justice league – Snyder cut (de Zack Snyder, 2021, 4h02). Avec Henry Cavill, Ben Affleck, Gal Gadot, Jason Momoa, Ezra Miller, Ray Fisher, Amy Adams, Amber Heard, Jeremy Irons, Diane Lane, Joe Morton, Connie Nielsen, J.K. Simmons, Robin Wright, Willem Dafoe, Jared Leto, Jesse Eisenberg. Un film produit par Warner Bros., Atlas Entertainment, DC Entertainment, DC Films, HBO Max, RatPac-Dune Entertainment et The Stone Quarry, distribué en France par Warner Bros. France. Crédits photos: ©2021 Warner Bros. – Tous droits réservés.

Oncle Charlie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.