Et l’Oscar du meilleur film est attribué à…

C’est le scandale. Le pataquès, comme on dit sur les chaînes d’information continue. Le total fuckup, comme on peut le lire sur les réseaux dits sociaux. La bazar, quoi. L’annonce de la catégorie reine de la soirée des Oscars, ou Academy Awards, ne s’est pas passée comme prévu. Mais ce n’est pas si grave. Explication.

Après un numéro très sympathique évoquant leur film Bonnie & Clyde, une belle manière d’en fêter les 50 ans, Warren Beatty et Faye Dunaway devaient lire le nom du lauréat pour l’Oscar du Meilleur Film. Malheureusement, ils ne disposaient pas de la bonne enveloppe.

Alors que l’annonce tant attendue se déroulait, avec l’inévitable ouverture de l’enveloppe officielle, l’attente interminable et tous les regards braqués sur lui, l’acteur a vu avec surprise sur le carton officiel le nom d’Emma Stone, avec la mention du film La La Land, correspondant à l’Oscar de la Meilleure Actrice, déjà remis. Pressé, hésitant, il a cherché du regard les organisateurs, puis sa partenaire, puis le public, totalement perdu. Conscient de l’urgence, il a voulu montrer le carton à sa partenaire, espérant qu’elle y comprendrait quelque chose, mais sans mot dire, gardant un sourire de circonstance quelque peu figé.

Et patatras. Le moment ayant déjà trop duré, Faye Dunaway a simplement lu le nom du film, La La Land. Exultation, applaudissements, l’équipe du film, déjà récompensée à 6 reprises, monte sur la scène pour recevoir son septième Oscar, le plus prestigieux. Le pupitre est déplacé pour la circonstance. Jordan Horowitz, producteur, est le premier à prendre la parole pour les habituels remerciements. Deux autres se succèdent déjà au micro, quand un technicien se présente pour vérifier l’enveloppe en question.

Et c’est évident. Il y a eu erreur. La La Land n’est pas le meilleur film.

Alors qu’un collaborateur désabusé annonce avec une pointe d’amertume au micro qu’en fait, ils ont « perdu », Jordan Horowitz reprend vite la parole, très dignement, pour annoncer qu’il y a eu erreur et que Moonlight a gagné. Il tient à remettre les choses dans le bon ordre, faisant fi de toute déception pour se concentrer sur l’essentiel: ne pas gâcher l’honneur fait au meilleur film. Bien entendu, à ce stade, les statuettes ne sont pas encore gravées, c’est l’enveloppe officielle qui fait foi. Elle finit par apparaître. Soucieux de dissiper au plus vite le malentendu, le producteur se retourne vers Warren Beatty, encore tout éberlué, lui arrache un peu trop sèchement le bon carton des mains, pour bien montrer aux caméras de télévision et à l’assistance, sans équivoque possible, que Moonlight a remporté l’Oscar du Meilleur Film. Il a déjà fait signe à l’équipe concurrente de venir sur scène, précisant que ce n’est pas une blague.

Et Warren Beatty, qui finit par se reprendre, revient au micro avec le bon carton et explique la situation, reconnaissant sa responsabilité et proclamant, comme il devait le faire, la victoire de Moonlight, confirmation accueillie à nouveau avec enthousiasme par l’assemblée. Une mise au point claire, nécessaire, pour éviter tout soupçon de manipulation. C’est tout simplement un fâcheux concours de circonstance, parfaitement clair, les choses rentrent ainsi dans l’ordre.

Bien entendu, ce genre de quiproquo est désastreux, c’est un moment tellement fort dans une carrière, on préférerait que le gagnant soit récompensé sans hésitation et qu’un concurrent n’ait pas eu la désagréable expérience de deux minutes de fausse joie, avant de retourner au néant. Toute l’organisation des Oscars est faite pour ça, en théorie.

Mais ce qu’il faut retenir, c’est l’attitude de ce producteur, Jordan Horowitz, qui a surmonté sa déception pour se rendre à l’évidence, accepter la réalité et restituer sans tarder sa juste récompense au vainqueur. Il a d’ailleurs précisé qu’il connaissait l’équipe de Moonlight, avec qui il a plutôt des bons rapports, malgré la concurrence, et qu’il était honoré de se retrouver, finalement, à leur remettre le trophée.

Et si l’honneur suprême de l’Oscar du meilleur film a finalement échappé à l’équipe de La La Land, avec la terrible déconvenue en mode douche écossaise, il faut quand même rappeler que 6 statuettes ont été attribuées au film dans cette même soirée; notamment, et non des moindres, l’Oscar du meilleur réalisateur pour Damien Chazelle. Moonlight remporte l’Oscar du meilleur film, consécration suprême – mais ne repart au bout du compte qu’avec 3 statuettes. L’Académie a bien fait les choses.

Vous aimerez aussi...