Où sont les femmes? Documentaire édifiant sur leur place à Hollywood.

Cate Blanchett – ©CreativeChaos vmg, Women In Holllywood LLC 2019

Après la déferlante #MeToo qui a remis les pendules du monde entier à l’heure sur une question majeure, celui du pouvoir utilisé à mauvais escient notamment à Hollywood, mais également dans tous les secteurs d’activité où l’homme pouvait exercer une pression illégitime sur des femmes, se pose aujourd’hui tout aussi légitimement la question de le présence même des femmes dans le milieu du Cinéma américain. Sous l’impulsion de Geena Davis, superstar américaine mise en lumière en partageant l’affiche de Thelma et Louise avec Susan Sarandon (1991, 2h09, de Ridley Scott), Tout peut changer expose avec rigueur et de nombreux témoignages la sous-représentation hallucinante des femmes dans tous les secteurs d’activité de l’industrie du cinéma américain et des médias en général. Un documentaire fondamental, très sérieux et bien construit, en salles depuis le 19 février 2020.


Taraji Henson – ©CreativeChaos vmg, Women In Holllywood LLC 2019

Un phénomène étrange

C’est parti d’une impression personnelle – des actrices américaines qui, dans leur quotidien, ont remarqué des petits tracas a priori anodins, mais récurrents. Une remarque à connotation sexiste, un détail idiot mais génant dans la manière d’aborder une scène, ou tout simplement le fait de se retrouver parfois seule sur un plateau de tournage au milieu d’une cohorte de messieurs. D’où viennent ces petites habitudes franchement masculines, un certain mépris des questions féminines, ces expressions dénuées de considération à longueur de scripts? Sans même être militante féministe, toute femme ou jeune fille en lien avec l’industrie du cinéma américain a pu être sensible à ce phénomène étrange, hérité de décennies de domination masculine. Voire heurtée.

Geena Davis – ©CreativeChaos vmg, Women In Holllywood LLC 2019

I need data – le souci de vérité

Pour comprendre l’ampleur du phénomène, l’actrice Geena Davis s’est plongée dans les chiffres, s’intéressant particulièrement aux émissions de télévision, films et séries destinés aux enfants de moins de 11 ans. Elle a ensuite analysé 122 films sortis entre 2006 et 2009 classés de “Tous publics” à “PG-13” (déconseillé aux moins de 13 ans). Ces premières études personnelles l’ont motivée à fonder un organisme, le Geena Davis Institute on Gender in Media, afin d’approfondir sa démarche selon trois axes: la recherche, l’éducation et le militantisme. Et les résultats des recherches menées sont accablants, révélateurs d’un système à sens unique ancré dans tous les secteurs.

Chloë Grace Moretz – ©CreativeChaos vmg, Women In Holllywood LLC 2019

Le changement nécessaire… comment?

C’est d’abord par une prise de conscience collective, mais surtout personnelle, individuelle, que les grands changements doivent arriver. Chacun, dans la pratique de son métier, doit se poser la question de son propre comportement vis-à-vis du genre. Pourquoi classer les femmes dans des catégories de rôles pré-définies, héritées d’une longue tradition machiste? Girl next-door, bimbo, potiche, tous ces clichés du cinéma mondial et des médias ont fait long feu. C’est en repoussant la facilité, les pratiques habituelles, les clichés, que tout peut changer. En se posant les bonnes questions. Des décideurs aux scénaristes, des donneurs d’ordre aux exécutants, du très haut niveau de responsabilité jusqu’au plus bas niveau, tout le monde doit tenir compte dans son approche du travail de la nécessité d’intégrer tout le monde de manière égale – hommes et femmes, mais également toutes les populations encore en minorité aujourd’hui.

Amandla Stenberg – ©CreativeChaos vmg, Women In Holllywood LLC 2019

Un documentaire pour comprendre et apprendre

D’où l’importance d’un documentaire comme Tout peut changer, nécessaire pour réaliser l’ampleur et surtout les détails du phénomène, dont l’accumulation est nécessaire pour une réelle prise de conscience. Avec ses nombreux témoignages des plus grandes stars américaines actuelles, toutes générations confondues, de Meryl Streep à Chloë Grace Moretz, son questionnement remarquable et honnête, fondé sur des données statistiques mais aussi un vécu indéniable, le constat est sans appel. Cela ne peut qu’inspirer les nouvelles générations qui se destinent aux métiers du spectacle et des médias à bien penser leur approche, et à ne pas répéter bêtement, par habitude, conformisme ou facilité, des usages désuets et aux conséquences dramatiques. Tout cela doit changer…

Meryl Streep – ©CreativeChaos vmg, Women In Holllywood LLC 2019

Tout peut changer, de Tom Donahue (2020, 1h35). Avec Geena Davis, Meryl Streep, Chloë Grace Moretz, Natalie Portman, Taraji P. Henson, Jessica Chastain, Yara Shahidi, Reese Witherspoon, Cate Blanchett, Rose McGowan. Un film produit par Creative Chaos, distribué en France par Alba Films. Au cinéma le 19 février 2020. Crédits photos: CreativeChaos vmg, Women In Holllywood LLC 2019 – Alba Films – Tous droits réservés.

Vous aimerez aussi...