En salles 

Monsieur et Madame Adelman – Un Bedos cinéaste ambitieux

Nicolas Bedos, fils d’humoriste mythique et Doria Tillier, Miss Météo de Canal, s’apprécient depuis longtemps et sont appréciés et décriés par autant de légions depuis qu’ils travaillent à la télévision. Pistonnés, chouchoutés, critiqués, ils ont réussi trop jeunes, trop beaux, on leur en veut beaucoup. Après deux ans et demi de collaboration intensive, ils présentent ce mercredi 8 mars leur premier film au cinéma: Monsieur et Madame Adelman. Et c’est une réussite. Voilà pourquoi.

Le verbe juste et abondant

Le verbe, Nicolas Bedos semble l’avoir facile. À la plume comme en bouche, l’auteur-interprète, qui s’est déjà bien illustré derrière le pupitre de Laurent Ruquier dans l’émission On n’est pas couchés, avait déjà fait ses preuves. Et la séquence réalisée avec Doria (parce que Brio n’était pas dispo) pour célébrer à la fois la fin d’année et le départ du chroniqueur Aymeric Caron, avait donné l’indication d’un talent pour la mise en scène. Un véritable court métrage, où il proposait avec finesse un rematch entre le chroniqueur et une invitée de l’émission, Caroline Fourest, dans son propre rôle, habilement suggéré dans une scène qui n’avait pourtant rien à voir. C’est cette subtilité-là, et déjà une réussite éclatante, qui laissait présager un avenir cinématographique intéressant. Depuis, on attendait…

Avec ce premier film, réalisé sur le tard (le réalisateur en herbes a déjà près de 40 ans), la promesse est tenue.

Nicolas Bedos réussit un film drôle, profond, intelligent sans être pénible, sans coup de pompe, en abordant des passages difficiles, graves, sans se prendre au sérieux, en restant juste et divertissant. Un film honnête, sincère, complet. Une première copie parfaite.

Tout sauf l’ennui

Un humour spirituel, qui fait penser à Woody Allen, dans l’esprit et l’ambition, mais qui ne reprend rien des codes du cinéaste américain. Une œuvre originale et forte, très verbeuse sans être ennuyeuse, avec un rythme entrainant et des rebondissements intéressants, parfois déroutants. Du jamais vu dans le cinéma français. Du jamais osé?

C’est tout le talent de Nicolas Bedos qui s’exprime dans ce premier film. Il affiche des ambitions démesurées, se mettant en scène lui-même, avec un casting sur mesure (Denis Podalydès est son psy, Pierre Arditi est son père) et deux ans et demi de travail pour accomplir une mission presque impossible. Acteur, réalisateur, auteur mais aussi compositeur, il se livre entièrement dans ce film.

Tête d’affiche au cinéma pour la première fois également, Doria Tillier passe l’épreuve sans problèmes, comme une perchiste qui survole sa compétition, avec une barre placée très haut. On la reconnait bien, mais elle incarne parfaitement un rôle ambitieux, riche et original. La seule fois où on a pu apercevoir une trace de la Miss Météo, c’est lors de l’avant-première à Paris, pour le lancement du film. Collaboratrice multi-tâches, elle est intervenue dans toutes les étapes du projet, vivant une symbiose intense et parfois douloureuse avec son compagnon, qui ne jure que par elle.

Un couple surmené, libéré, soulagé, qui livre son plus beau bébé, avant de repartir vers d’autres projets. Monsieur et Madame Adelman, c’est un grand film qui mérite d’être vu plusieurs fois. En attendant le suivant.

 


Monsieur & Madame Adelman, de Nicolas Bedos (2017, 2h). Avec Doria Tillier, Nicolas Bedos, Denis Podalydès, Pierre Arditi, Julien Boisselier. Scénario: Nicolas Bedos et Doria Tillier.
Production: Les Films du Kiosque, France 2 Cinéma, Orange Studio, UMedia, Le Pacte, Chaocorp.

Articles similaires